11 mai 2016 ~ 0 Commentaire

Peintres algériens 25 : Ismaïl Samsom

 

001.artiste

« Moi, j’ai vécu l’ambiguïté existentielle de la
colonisation…L’indépendance est acquise,
mais je pense qu’il faut faire comprendre aux
jeunes le principe que la liberté est toujours
fragile. Qu’il faut toujours l’entretenir.. »…

Source : « foufoune.com« . URL : http://www.founounes.com/online/index.php?mact=News,cntnt01,print,0&cntnt01articleid=83&cntnt01showtemplate=false&cntnt01returnid=185)

Bibliographie

002.artiste_atelier

L’artiste peintre dans son atelier

003.artiste_timbre

Ismaïl Samsom sur un timbre
de Kamardine Krim (sept. 2015)

Ismail Samsom, né le 8 novembre 1934 à Alger, où il meurt le 5 juillet 1988 (à 53 ans), est un peintre et graveur algérien. Né dans la haute Casbah d’Alger au sein d’une famille aisée, son père étant musicien, Après une année en tant qu’instituteur, en 1953, il entreprend un voyage en Tunisie, en Europe, aux Antilles et en Amérique latine. Une balle tirée dans le dos en 1957 provoque la paralysie de ses membres inférieurs. Il rentre en Algérie au début de l’année 1960 et peint des œuvres aux couleurs sombres et violentes. Sa première exposition personnelle est présentée en 1968 à la galerie de l’UNAP (Union Nationale des Arts) et il obtiendra en 1969 le Grand prix de la ville d’Alger. Membre fondateur en 1964 de l’Union Nationale des Arts Plastiques et de l’Association Algérienne des Arts appliqués, il est lauréat de plusieurs concours nationaux et titulaire de la médaille d’honneur pour les arts plastiques. Figuratif convaincu, il exprimait les scènes de la vie populaire. Il s’installe en Suisse en 1981. Son nom a été donné en 1991 à la galerie du théâtre de verdure d’Alger et en 2005 à un prix de peinture. Une exposition rétrospective de son œuvre a été présentée au Musée des beaux-arts d’Alger en février 2002. (D’après « Wikipédia« , https://fr.wikipedia.org/wiki/Isma%C3%AFl_Samsom).

 

Témoignages

1. « … Grâce à son amour du dessin, et, fort de tous ces points de repères, dont il avait conscience, il s’était fixé un but pour bâtir un univers propre à lui, et, être partie prenante de son évolution en élaborant son propre langage pictural et plastique… Combinant sensibilité, impressions, et authenticité, il préparait ses compositions avec une surprenante facilité prenant un soin méticuleux dans le choix de ses matériaux. Malgré toutes les influences qu’il a subi au fil des années, Ismaïl est parvenu grâce à son sens inné pour le dessin, la richesse de son imagination, ses rêves et ses fantasmes, à créer des œuvres bien personnelles. Il était toujours désireux d’enrichir ses acquis, à voir le monde d’un regard sans préjugés, sans complexes et aussi plein d’espoir et une rage de vivre qui l’animait à chaque instant. … Ismaïl a vécu une émouvante histoire d’amour avec la peinture. Elle lui a appris à exister, à aimer et, à accepter les autres avec une profonde conviction… » (Extrait d’un article de A.Merazka Hioun, in « Foufoune, art et média » « Témoignage d’un ami« , URL : foufoune.com, op. cit. ci-dessus)

2.  » … Samsom était un peintre totalement instinctif, ne faisant pratiquement jamais d’études ou d’esquisse pour ses œuvres. Il commençait par jeter ses couleurs sur une toile et s’engageait dans une exploration créative. En fait, il exploitait les formes du hasard pour leur donner une vie. Il disait toujours qu’il partait d’une abstraction pour atteindre une forme très figurative. …Comme chez tous les artistes de la Casbah, celle-ci joue un rôle prépondérant, dépassant de loin les rapports de l’individu avec ses lieux d’enfance. … Chez Samsom elle prendra une dimension de paradis perdu, puisqu’il ne pouvait plus y gambader, sentir ses odeurs et ses palpitations. Il la fait revivre constamment en la peignant et repeignant. A la fin des années soixante dix, il commença à développer une nouvelle approche de la miniature, utilisant des techniques mixtes pour réaliser des œuvres de petit format avec une multitude de détails, un travail tout en préciosité et en précision mais se libérant du cadre enluminé et des formes répétitives. Il restera ce peintre du soleil. » (Extrait d’un article de Mustapha Flici, « Ismail Samsom, le peintre du soleil » – 2002, in « Foufoune, art et media« , URL : foufoune.com, op. cit ci-dessus

3. » … Peintre du soleil ou de la préciosité comme se plaisent à l’appeler les critiques, Ismaïl Samsom était et restera avant tout ce peintre qui mettait tout son « cœur à l’ouvrage« . Les croquis qui fleurissent sur ses différents carnets témoignent de ce profond désir d’inscrire ou de dessiner la vie en couleur, de peindre l’existence et son entourage comme il le sentait…. Aussi, des esquisses de femmes ou de portraits de naïades, natures mortes, paysages enchanteurs, vues sur la ville d’Alger, tout ce que l’œil nu de l’artiste a su transfigurer sous sa palette est sublimé, sans oublier ces scènes de la vie de tous les jours. Il surprend avec  ses tableaux empreints d’une profonde poésie, haute en couleur et en sémiologie. Ce qui attire le regard est incontestablement ses sublimes miniatures…. Passé, en effet, l’aspect fougueux de l’expression spontanée, c’est le calme qui succède à la maturité de l’homme qui consent à redécouvrir « le plaisir du dessin profond, et cet art du plaisir non partagé« . … (Extrait d’un article de O. Hind « Le rêve d’Ismaïl Samsom revisité » publié dans « L’Expression » le 24 – 02 – 2002. – In  » Dazaraiss » . URL : http://www.djazairess.com/fr/lexpression/4049).

 4.  » … Il traite l’architecture traditionnelle non pas comme un élément décoratif mort, mais comme une matière vivante, luxuriante, mêlée aux personnages, en affirme avoir été marqué par cette phase de Malek Haddad : « La Casbah n’a pas trouvé son Utrillo. Valable encore, puisque aucun candidat ne s’est apparemment présenté en plaçant la barre aussi haut ». …Il refuse de s’enfermer dans les dédales d’un sujet, fut-il aussi riche que la Casbah. « Je suis peut-être un peintre réaliste, mais je suis surtout un peintre de rêve. Quand j’exposais à l’UNAP, quelqu’un a dit de moi : Samsom, carrefour. Si je dois ouvrir une porte, il doit y en avoir une autre derrière « . Une de ses autres portes, sans doute la moins connue, c’est la miniature. … » (Extrait d’un article de Ameziane FERHANI, paru dans « Algerie-actualite«   N° 1121, semaine du 9 au avril 1987, , in « Foufoune, art et media« , URL : foufoune.com, op. cit. ci-dessus)

5.  » … Puiser ses sujets aux limites premières du conscient n’exclut pas chez Samsom, un processus créatif que son psychisme, nourri de l’épreuve, organise. …Casbah, terrasses, femmes, oiseaux en plein essor, certes… Il arrive que la représentation acquise se heurte à des résistances inconscientes. Les personnages qui contemplent un lointain inaccessible et diffus, les circonvolutions brumeuses, immatérielles, les femmes accoudées à des parapets qui semblent suspendus à un espace imaginaire, les oiseaux dont l’envol se perd, traduisent de douloureux méandres où se mêlent le désirable et l’interdit…  » (Extrait d’un article de Mahammed-Orfali Dalila, directrice du Musée national des beaux-arts. In « Foufoune, art et media » , foufoune.com, op. cit. ci-dessus)

 

Aperçu de quelques œuvres

Source : Catalogue de l’exposition rétrospective, au musée des beaux-arts Alger, février 2002

A01.embrun_bleu

Embrun bleu

A02.femme

Femme

A03.femme_au_chat

Femme au chat

A04.femme_au_pigeon

Femme aux pigeons

A05.jeune_fille_aux_chiens

Jeune fille aux chiens

A06.Loassis

L’oasis

A07.paysage

Paysage

A08.solitude

Solitude

A09.terrasses

Terrasses

A10.reverie

Rêveries

A11.antinomies

Antinomies

A12.incandescence

Incandescence

A13.ruelle

Ruelle

A14.casbah

Casbah

 

Ismaïl Samsom et les timbres algériens

Source : « Algérie-Philatélie ». URL
http://www.algeriephilatelie.net/fr_dessinateurs.php

T01a.racisme

T01b.racisme

Année internationale de lutte contre le racisme. Timbre du 27 mars 1971
et enveloppe du premier jour d’émission.

T02a.jour_timbre1972

T02b.jour_timbre1972

Journée du Timbre 1972. Timbre du 22 avril 1972 représentant des facteurs
et la distribution
et enveloppe du premier jour d’émission.

T03a.jour_timbre1932

T03b.jour_timbre1932

Journée du Timbre 1973 Timbre du 20 janvier 1973, représentant un enfant dans les brasde sa mère,
jetant une lettre timbrée dans une boîte aux lettres  et enveloppe du premier jour d’émission

T04a.Pam

T04b.Pam

10 ème anniversaire du Programme alimentaire mondial (PAM), créé à la fin de 1961.
Timbre du 24 mars 1973 et enveloppe du premier jour d’émission.

T05a.20Anniv1954.

T05b.20anniv1954

20 ème Anniversaire de la Révolution 1954-1974. Timbre du 1er
novembre 1974. Voir, sur ce même blog, la page du 3 avril 2016 sur
« 
Histoire de l’Algérie par les timbres 3/10 : Novembre 1954« 

T06a.sahraoui

T06b.sahraoui

Solidarité avec le Peuple Sahraoui. Timbre du 13 mars 1976
représentant une carte et le drapeau Sahraoui

T07a.cavaliers1

T07b.cavaliers2

T08.cavaliers

Timbres du 23 juin 1977, représentant des cavaliers
et enveloppe du premier jour d’émission.

T09a.tableau-samsom1

T09b.tableau-samsom1

Timbre de 25 Décembre 1996. représentant un
tableau de Samsom « Femme aux Pigeons »

T10a.tableau-samsom2

T10b.tableau-samsom2

Timbre de 25 Décembre 1996. représentant un
tableau de Samsom Ismaïl, « Interrogation ».

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Asileps |
JE SUIS QU' ACCESSOIRE |
Dangerporno |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ar'Color -Agence de co...
| Nonalareforme
| Democrature