05 mai 2016 ~ 0 Commentaire

Histoire de l’Algérie par les timbres: 10/10 : Personnalités célèbres

De rois numides à Charles de Foucauld

 barre17

Les Rois Numides

La Numidie est un ancien royaume du Maghreb central (300 av. J.-C. / – 46 av. J.-C.) qui couvre le nord de l’actuelle Algérie. Ses habitants, les Numides, peuple berbère, créèrent un état puissant à la civilisation particulière. Ce fait politique est original dans l’histoire de l’Afrique antique car les Berbères, autochtones de l’Afrique du Nord, virent se succéder des dominations et des influences étrangères (carthaginoises, romaines, vandales et byzantines…). La Numidie avait pour capitale Cirta (l’actuelle ville de Constantine). Le cœur de la Numide se situerait donc dans l’actuel Constantinois, une plaine bordée par le Hodna, la Petite Kabylie et les Aurès. Les tribus berbères de l’actuelle Tunisie furent également considérées comme numides ; cependant les Numides se distinguent des Maures, regroupés en fédération peuplant l’ouest du Maghreb et des Gétules dans les confins sahariens. La Numidie a eu plusieurs rois, les plus célèbres étant Gaia, Massinissa, Micipsa, Jugurtha et Juba Ier.
En savoir plus sur la Numidie :  voir « Wikipédia » URL : https://fr.wikipedia.org/wiki/Numidie)

A01a.rois_numides

A01b.rois_numides

 

Timbres de Sid Ahmed Bentounés, de mars 2004

 barre17

A02.syphax.bentounes_2005

A03.massinissa-bentounes_2004

A gauche,Syphax (220-203 Av. J.C). Rois des Masaesyles en 213 av J-C dont Siga fût la première capitale
Syphax participa à la seconde guerre punique (218-201 av. J-C). Rome, aussi bien que Carthage, chercha à
se concilier avec Syphax et l’attirer dans son camp. Il choisit Carthage après son mariage avec Sophonisbe,
fille d’Hasdrubal. Les Romains lui préfèrent son adversaire « Massinissa » qui le combattit et s’empara de la
deuxième capitale Cirta. Syphax mourût à Rome en 203 av. J-C

A droite, Massinissa. (203-148 av J.C). Après une succession de civilisations étrangères, les Numides, créent le premier Etat de leur histoire au IIème siècle av J-C. Né dans la ville de Dougga, au nord de l’actuelle Tunisie, en 238 av. J.C. Entre 212 et 206 av. J.C, Massinissa se trouve en Espagne à la tête d’une troupe combattant au cotés de l’Armée carthaginoise contre les Romains .En 206, il prend possession du pouvoir avec l’aide de Rome, sa nouvelle alliée. En septembre 203, le Sénat Romain le reconnaît comme Roi des Massyles. Depuis, les conquêtes de Massinissa se multiplient pour l’unification de la Numidie, en particulier lors de la bataille de Zama (202 av J.C) ou il vainc Hannibal et les carthaginois au cotés de ses alliés romains. En dépit du conflit permanant avec Carthage, le roi numide réussit à unifier la Numidie. Il meurt en 148 av. J.C léguant un royaume puissant et intègre ayant Cirta pour capitale.

A04.micipsa_bentounes_2004

A05.jughurta-bentounes_2004

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A gauche, Micipsa (148-118 av J.C). L’un des trois fils de Massinissa, né en 198 av J.C il succède a son père en 148 av. J.C. Son règne connaît une croissance remarquable dans différents domaines commercial, économique ainsi que militaire et urbain. Il meurt en 118 av J.C, laissant un royaume puissant et vaste à ses deux fils Hiempsal et Adherbal ainsi que son neveu Jugurtha.

A droite, Jugurtha (118-105 av. J-C). Fils de Mastanabal et petit-fils de Massinissa, Jugurtha est né en 160 av. J-C. Excellent guerrier, il est admiré des Romains au cotés desquels il participe au siège de Numance, Espagne. Il prend le pouvoir après les guères engagées contre ces adversaires. Rome, pressentant le danger qu’il représente à la tête du pouvoir, prétexte son insurrection et l’assassinat de Hiempsal pour lui déclarer une guère qui durera six années. Il décède le 7 janvier 104 av. J.C.

A06.juba1-bentounes_2004

A07.uba2-bentounes_2004

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A gauche, Juba I (50-46 av J.C). Fils aîné de Hiempsal II, Juba I est né vers 85 av J.C. Il accède au pouvoir en 50 av J .C. Il organisa une armée puissant et s’allia à Pompéi, général et politique romain, contre César. Il eut plusieurs victoires sur les partisans de César. Il meurt en 46 av J.C.

A droite, Juba II (25 av J.C). Fils de Juba l, il naît vers 52 av. J.C. Il est conduit en prisonnier à Rome après la mort de son père, alors qu’il est encore un enfant. Il est éduqué selon la tradition romaine. Il épouse Cléopâtre Séléné. Auguste le nomme roi de Mauritanie en 25 av J.C. Il favorise le développement d’une civilisation brillante dans son capital Caesarea (aujourd’hui Cherchell). Lors du déclenchement de la révolution de Takfarinas en 25 av. J .C, il s’aille à Rome pour affronter ce dernier. Il meurt en 23 av J.C.

A08.ptoleme_bentounes_2005

A09.rois_numides

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A gauche, Ptolémée (23-40 Ap. J.C). Fils unique de Juba II et de Cléopâtre Séléné, il succéda à son père en l’an 23 ap J-C et fût le dernier roi Numide. Ptolémée fut tué par l’Empereur Caius César, connu sous le nom de Caligula, qui s’empara de sa fortune et de ses esclaves, ce qui emmena à la révolte des Maures sous l’ordre d’un affranchi de Ptolémée  « Aedemon ». Cette révolte dura plus de trois an
A droite, Notice de 2004 « les rois numides ».
s

Monuments numides

A10_tipaza

A11.monum_numides_tipaza

A12.monum_numides_kroub

gauche, Mausolée Royal de Maurétanie, à Tipaza. Reproduisant à une plus grande échelle le mausolée du Medracen, le tombeau appelé à tort tombeau de la Chrétienne a été attribué par de nombreux historiens à Cléopâtre Séléné et son époux Juba II, roi de Numidie. Mesurant 60 m de diamètre, ce monument est constitué d’un énorme cylindre à facettes coiffé d’un cône à gradins. Sur son pourtour, il est décoré de 60 colonnes engagées, surmontées de chapiteaux ioniques. La hauteur actuelle de l’édifice est de 32 m.
Timbre de Kamardine Krim de juin 1993.

A droite, Mausolée Royal, à El Khroub. Le tombeau du roi berbère Massinissa reste le témoin muet de l’épopée de l’unificateur de la Numidie. Ce mausolée trône sur une colline à proximité d’El Khroub (16 km à l’est de Constantine). Situé à l’intersection des voies qui reliaient Cirta, la capitale Numide, à Théveste (Tébessa), à Calama (Guelma) et à Sitifis (Sétif), le tombeau du grand Aguellid (roi berbère) défie les temps depuis 1.800 ans.
Timbre de Kamardine Krim de juin 1993.

Monnaies numides

A13. monnaies_numid

A14. monnaies_numid

 

Monnaie Numide, 2 émé Siècle av. J-C. Conçue essentiellement en argent, en bronze et en plomb, la monnaie numide est dépourvue de toute écriture à l’exception de rares pièces. Elle se caractérise par des dessins révélateurs et d’autres de moindre signification. On y distingue généralement sur l’une des faces soit des effigies, soit des animauxTimbre de décembre 1992, de Sid Ahmed Bentounés + Enveloppe du premier jour d’émission.

 barre16

Barberousse.

Khayr-Eddine Barberousse, ce marin a marqué l’histoire d’El Djazaïr El Mahroussa (Alger la bien gardée). au service du sultan Selim Ier. Né en 1466 dans l’île de Lesbos et mort en 1546 à Istanbul, il est considéré, avec le Génois Andrea Doria, comme le plus grand corsaire de tous les temps.

B01..barberousse-racim_1966

B02.barberousse

B03.barberousse

B04.barberousse

Timbre de décembre 1966 de Mohamed Racim.
Miniature représentant Barberousse devant l’Amirauté.
= Enveloppe du premier jour d’émission.

 barre16

Saint Augustin (354 – 430)

Né dans la Province d’Afrique au municipe de Thagaste (actuelle Souk-Ahras, Algérie) le 13 novembre 354 et mort le 28 août 430 à Hippone (actuelle Annaba, Algérie), saint Augustin  est un philosophe et théologien chrétien romain de la classe aisée, ayant des origines berbères, latines et phéniciennes. Outre ses deux ouvrages, les Confessions et La Cité de Dieu, il faut citer les 224 lettres écrites entre 386 et 429, les 700 sermons et les traités de théologie (Les Ordres), les œuvres pédagogiques et exégétiques. En 395, Augustin est nommé évêque d’Hippone et le restera jusqu’à sa mort en 430. En 399, les temples païens sont fermés. À cette occasion, il rédige la Catéchèse des Débutants. Avec Ambroise de Milan, Jérôme de Stridon et Grégoire le Grand, c’est l’un des quatre Pères de l’Église occidentale et l’un des trente-six docteurs de l’Église.

C01.st-augustin_16cent.1954

C02.st-augustin3

 

C03.st-augustin2

C04..st-augustin5

C05.st-augustin4

C06.st-augustin6

C07.st-augustin6

C08.st-augustin6

Seizième centenaire de la naissance de saint Augustin

Timbre de novembre1954, par Albert Decaris.
Le timbre-poste représente l’effigie de st Augustin enfant d’après une statue
trouvée dans le théâtre de Madaure et conservée au musée de Guelma.
+ Enveloppes du premier jour d’émission

D01.stAugustin_kamardine_2001jpg

D02.StAhgustin

1er Colloque International sur Saint-Augustin

.

Dans le cadre de la célébration, en 2001, de l’Année internationale du dialogue entre
les civilisations, décidée par l’ONU, l’Algérie a honoré la figure du génie universel
et homme de dialogue que fut le philosophe Augustin.

Timbre de mars 2001, de Kamardine Krim + Enveloppe du premier jour
Sculpture de Saint Augustin enfant (Musée de Guelma)

barre16

 

Charles de Foucauld (1858 – 1916)

E01.ifoucault1_laperine_mhd_racim_1950

Timbre de Mohamed Racim de 1950, édité à l’occasion du
Cinquantenaire de la présence Française à In Salah et
représentant le Père de Foucauld et le Général Laperrine

  • Charles de Foucauld est né le 15 septembre 1858 dans une famille aristocratique de Strasbourg. En 1878, il entre à l’Ecole de Cavalerie de Saumur. En 1880, alors en garnison au 4ème Hussard à Pont-à-Mousson, son régiment (rebaptisé 4eme Chasseurs d’Afrique), il  est envoyé en Algérie. Mais quelques mois plus tard, il est placé en non-activité pour « indiscipline doublée d’inconduite notoire ». En 1882, il démissionne de l’Armée et s’installe à Alger pour préparer scientifiquement et à ses frais, l’exploration du Maroc. Après un pèlerinage en Terre Sainte, il entre le 16 janvier 1890 au monastère de Notre-Dame des neiges, chez les Trappistes en Ardèche ; Le 6 mars 1897, il quitte les Trappistes et entre chez les Clarisses de Nazareth. Puis il part en Algérie où il vit en ermite, à Béni-abbés et entretient des contacts avec les musulmans du pays, s’occupe des plus pauvres, secourt les esclaves noirs. Il voudrait évangéliser les Touaregs et décide pour cela d’apprendre leur langue. Le 13 août 1905, il arrive à Tamanrasset où il se construit un nouvel ermitage, la Frégate. Le 1er décembre 1916, il perdit la vie.
  • Le général Laperrine (1956 – 1958) rencontra le Père de Foucauld, le 6 mars 1903, à l’ermitage de Beni-Abbès. Ensembles ils effectuèrent plusieurs tournées d’apprivoisement dans le Sahara. Leurs objectifs n’étaient pas similaires ; le militaire voulait gagner le Sahara à la France et le prêtre, le gagner aussi au Christ. part à la recherche de la tombe de son ami Charles de Foucauld assassiné le 1erdécembre 1916. Victime d’une panne d’avion, à court de carburant, il doit se poser dans le Tanezrouft, en plein désert et, après plusieurs jours sans nourriture, meurt d’épuisement le 5 mars 1920. Son corps est ramené à Tamanrasset ; il est inhumé aux côtés du Père de Foucauld, mais transféré, en 1963, à Carcassonne

E02.foucault

E03.foucault

E04.foucault

E05.foucault

E06.foucault

E07.foucault

Enveloppe du premier jour d’émission et cartes « maximum »

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Asileps |
JE SUIS QU' ACCESSOIRE |
Dangerporno |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ar'Color -Agence de co...
| Nonalareforme
| Democrature