04 mai 2016 ~ 0 Commentaire

Histoire de l’Algérie par les timbres 9/10 : Hommes de culture

 Écrivains, peintres, musiciens, poètes de tradition orale 

 002.hommes_culture_2015  
Mouloud Feraoun (écrivain), M’hamed Issiakhem (peintre),
Abdelhamid Benhaddouga (écrivain) et Ismaïel Sams
dom (peintre).001.hommes_de_culture_2000Mohamme Dib (écrivain), Mohamed Racim (miniaturiste),
Ali Mâachi (musicien) et Mustapha Kateb (homme de théâtre).

 barre16

Peintres

A01.mhd_racim_kamardine_2000 A02.Issiakem_kamardine_2015
A gauche, Mohamed Racim (1896-1975). Sa première œuvre magistrale a été l’ornementation du livre « La Vie de Mohammed » que Dinet avait illustré. Après la réalisation de plusieurs œuvres, il obtient, en 1924, la médaille des Orientalistes et, en 1933, le grand prix artistique de l’Algérie. Professeur à l’Ecole supérieure  des beaux-arts d’Alger. Voir, sur ce même blog, la page du 12 novembre 2015, sur « Mohammed Racim »
Timbre de Kamardine Krim, de juin 2000.
A droite, Mhamed Issiakhem (1928-1985). Né en 17 juin 1928  près d’Azeffoun, en Grande kabylie. Il fréquente la Société des Beaux-arts d’Alger, puis l’Ecole des beaux-arts  d’Alger. Des 1963, il participe à toutes les grandes expositions d’art algérien en Algérie et à l’étranger. Dessinateur de presse, il réalise des billets de banque, des affiches, ainsi que des timbres – poste. En 1973, il obtient la médaille d’or de la Foire internationale d’Alger et en 1980, il reçoit le premier Simba d’or de Rome, distinction de  l’Unesco pour l’art africain. II meurt le 1 décembre 1985. Voir, sur ce même blog, la page du 5 novembre 2015, sur « Mhamed Issiakhem » 
Timbre de Kamardine Krim de septembre 2015

A03.Ismael_samsom_kamardine_2015

Ismaïl Samsom (1934-1988). Né le 8 novembre 1934 à la Casbah d’Alger dans un milieu favorable à l’art. Artiste peintre autodidacte, il s’est toujours inspiré des traditions populaires. Ses œuvres figurent parmi les premières peintures algériennes acquises par le Musée national des Beaux-arts d’Alger après l’indépendance. Certaines de ses toiles se trouvent en Egypte, au Maroc, en France et à Cuba. Il a participé à plusieurs expositions collectives en Europe et au Moyen-Orient. Décédé le 5 juillet 1988.
Timbre de septembre 2015, de Kamardine Krim

A04.mhd-temmam_ali-kerbouche_2002

A05.mhd-temmam2

Journée de l’Artiste. Mohamed Temmam (1915-1988). Miniaturiste et enlumineur. En 1944, il participe à une exposition d’enlumineurs et miniaturistes algériens. En 1946, il participe à des expositions en Scandinavie En 1964, il organise à la Salle Pierre Bordes, aujourd’hui Ibn Khaldoun, la première exposition des arts musulmans. Membre-fondateur de l’Union Nationale des Arts Plastiques, il enseignera à l’école Nationale des Beaux-arts d’Alger. Il a produit  nomde de miniatures, enluminures, calligraphies, toiles de peinture, maquettes de billets de banque, etc.. Voir, sur ce même blog, la page du 30 novembre 2015, sur « Mohammed Temmam. »
Timbre de Ali Kerbouche de juin 2002. Autoportrait. + EZnveloppe du premier jour.

A06.baya__kamardine_20081

A07..baya__kamardine

Baya Mahieddine, née Fatma Haddad, le 12 Décembre 1931 à Bordj El Kiffan. Elle expose à Paris, en 1947. En 1953, elle se marie avec« El Hadj Mahfoud Mahieddine, maître de la musique andalouse et habite Blida depuis cette date. En 1963, elle organise une importante exposition au musée national des Beaux arts d’Alger. Après plusieurs expositions en Algérie et à travers différents pays au monde, Baya a été honorée par nombres de personnalités. Ses œuvres se trouvent actuellement dans des collections de différents musées au monde. Elle meurt le 09 Novembre 1998. Voir, sur ce même blog, la page du 6 novembre 2015, sur « Baya, l’enchanteresse« 
Timbre de Kamardine Krim de juin 2008.- Œuvres d’Art des Musées Nationaux
Portrait de Baya
+ Enveloppe du premier jour  d’émission..

A08.baya__kamardine

A09.baya__kamardine

A10.baya__kamardine

A18baya__kamardine

Bloc et cartes « maximum » – Reproduction d’œuvres de Baya.

 barre16

Ecrivains et poètes

B01.kateb_yacine_kamard_2008

B02.Kateb_yacin1

B03.Kateb_yacin2

B04.Kateb_yacin3

Kateb Yacine (1929-1989). Né en 1929 à Constantine dans l’Est de l’Algérie. Lors des événements du 8 Mai 1945, il est arrêté et emprisonné. Libéré, il s’exile en France. Il exerce plusieurs métiers avant de rejoindre le FLN en qualité de représentant dans plusieurs capitales. Au lendemain de l’indépendance, il se consacre à l’écriture et au théâtre. « Nedjma » parue en 1956 est l’œuvre majeure qui a fait de lui un grand écrivain. D’autres publications suivront dont  « Le Cercle des représailles » (1956), « L’homme aux sandales de caoutchouc » (1970). Il est aussi l’auteur de plusieurs pièces théâtrales. Il décède à Grenoble le 28 Octobre 1989.
Timbre d’avril 2008, de Kamardine Krim + Enveloppe du premier jour d’émission + Cartes « maximum ».

B05.mouloud_feraoun

B06.mohd_dib_kamardine_2000

A gauche, Mouloud Feraoun (1913-1962). Né le 8 Mars 1913 en Haute Kabylie, à Tizi hibel  (Béni -Douala). Instituteur en Kabylie. .Inspecteur de centres sociaux éducatifs en 1960, il est assassine par l’OAS le 15 mars 1962.. Il laisse une dizaine d’ouvrages littéraires dont le journal 1955/1962. Son roman « le fils du pauvre » a été traduit aux USA, en Espagne, en Italie et au japon en 2015 et vendu à plus d’un million d’exemplaires.
Timbre de septembre 2015 de Kamardine Krim
A droite, Mohammed Dib. Né le 21 juillet 1920 à Tlemcen. Entre 1939 et 1945, il exerce plusieurs métiers : instituteur, comptable, interprète et maquettiste. Il publie dans le journal Alger républicain des textes et des poèmes engagés ainsi que des chroniques sur le théâtre algérien. En 1952, il publie son premier roman « La Grande Maison » suivi en 1954 de « L’Incendie » puis en 1957, « Le Métier à tisser », en 1959, « Un été africain ». Expulsé d’Algérie. Il s’installe à Mougins (sud de la France). En 1994, il reçoit le grand prix de la Francophonie.
Timbre de Kamardine Krim, de juin 2000. Livres.

B07.20eme-anniv_mort-zakaria_mufti_kamardine_1997 (1)

B08.20eme-anniv_mort-zakaria_mufti_kamardine_1997 (2)

20 ème anniversaire de Moufti Zakaria, de son vrai nom Zekri Cheikh. Poète algérien, né le 12 juin 1908 à Béni Izguen, dans la commune de Bounoura (près de Ghardaïa)  et mort le17 août 1977 à Tunis. Poète de la révolution, il est le parolier des chansons de la Révolution et de l’hymne national algérien “Kassaman” (1955), ainsi que de plusieurs chansons populaires. Parmi ses œuvres littéraires, on peut citer « La flamme sacrée », « A l’ombre des oliviers », « Inspiration de l’Atlas », et « L’Iliade algérienne ». De 1937 à 1959, il a été emprisonné à cinq reprises. Décédé le 17 aout 1977.
Timbre d’août 1997, de Kamardine Krim + Enveloppe du premier jour.

B09malek_bennabi-kamardine_2008

B10reda_houhou_kamartdine_200f8

A gauche, Malek Bennabi (1905-1973). Né le 01 Janvier 1905 à Constantine. Issu d’une famille pauvre, il fut obligé d’arrêter ses études. Après sa rencontre avec Abdelhamid Ibn Badis et Bachir El Ibrahimi en 1936, il fut convaincu de poursuivre ses études à Paris. Il a édité un nombre important de romans dont : »Le Phénomène coranique », « Vocations de l’Islam » et « Les Conditions de la Renaissance ». Il représentera le FLN dans plusieurs capitales. Il occupa le poste de Directeur de l’Enseignement Supérieur avant de revenir à ses recherches et écritures. Il meurt le 31 Octobre 1973.
Timbre de avril 2008 de Kamardine Krim.

A droite, Redha Houhou (1911-1956). Né en 1911 au village de Sidi Okba dans la wilaya de Biskra. En 1934, il quitte l’Algérie avec sa famille pour travailler dans l’administration des postes de la Mecque. Après Mai 1945, il s’installe à Constantine et rejoint l’Association des Oulémas comme directeur d’école. En 1947, il fut membre du conseil d’administration et secrétaire général de l’Institut Ibn Badis. Homme de lettres et penseur, il est décédé le 29 Mars 1956, à Constantine.
Timbre de Kamardine Krim d’avril 2008

B11ecriv_abdelhami_benhadougai_kamardine_2015

B12.benhadougai_2015

Abdelhamid Benhaddouga (1925-1996). Premier romancier d’expression arabe en Algérie. Ne le 29 Janvier 1925 à El Mansourah (Bord Bou Arreridj). Dramaturge, journaliste et romancier, il est l’auteur de plusieurs œuvres théâtrales. « Le Vent du Sud » marque la naissance du roman algérien de langue arabe. Dans « Djazia et les Derviches » publié en 1983, la femme prend une place importante Il a à son actif trois recueils de nouvelles, deux traductions en arabe et plus de 200 pièces radiophoniques. Il fut président du Conseil National de la Culture (1990) et vice président du Conseil National de Consultation (1992). Il meurt en 1996.
Timbre de Kamardine Krim de septembre 2015 + Enveloppe du premier jour.

 barre16

Musique et théâtre

C01.dali_djezia-cherrih_2014

c02.dali_djezia2

Commémoration du centenaire de la naissance du Cheikh Abdelkrim Dali. Né le 16 novembre 1914 à Tlemcen. De 1930 à 1950, il réalisa plusieurs enregistrements de disques 78 tours. En 1945, il intègre l’orchestre de musique classique andalouse de la radio (Alger) que dirigeait Mohamed El Fekhardji. Il entre au conservatoire municipal d’Alger en 1967 et, en 1971, à l’institut National de la musique. Il meurt le 21 février 1978.
Timbre de novembre 2014 de Djezia Cherrrih + Enveloppe du premier jour.

C03.ali_maachi_kamardine_2000

C04mustapha_kateb_kamatdine_2000

A gauche, Ali Mâachi (1927-1958). En 1953, il dirige l’orchestre Safir Ettarab, une troupe artistique née de la troupe musicale El Andaloussiya. La première chanson écrite par Maâchi est Ya Chebh El Hillal. C’est avec Angham El Djazaïr, qu’il va affirmer ses convictions. Il sera arrêté en 1958 et torturé. Le 8 juin 1958, dans la forêt de Tiaret, il sera mitraillé et son corps sera exposé au centre de la ville de Tiaret.
Timbre de Kamardine Krim, de juin 2000.
A droite, Mustapha Kateb (1920-1989). Il crée, au début des années 1940, sa troupe professionnelle El Masrah qui deviendra plus tard Masrah El Djazaïr. De 1958 à 1962, il est responsable de la troupe du FLN En 1963, il devient le premier directeur du Théâtre national algérien (TNA). Il crée, en 1965, l’Institut national d’art dramatique et chorégraphique (INADC) de Bordj El Kiffan (Alger). En août 1988, il dirige à nouveau le TNA..
Timbre de Kamardine Krim de juin 2000. Scène de théâtre.

 barre16

Poètes Algériens d’Expression Orale

D01.hommes_dde_culture2

D02.Sidi_Lakhdar_Ben_Khlouf_kamardine_2005

D03.Aissa_El_Djarmouni_kamardine_2005

A gaucheSidi Lakhdar Ben Khlouf (16 ème siècle). Centenaire, il consacra 80 ans de sa vie à chanter le prophète, au point que son œuvre entière parait lui être exclusivement consacrée. Il marqua la vie mystique et religieuse du Dahra (ouest).
Timbre de juin 2005 de Kamardine Krim.

A droite, Aissa El-Djarmouni (20 ème siècle). Né à Sid R’ghiss, Oum El Bouaghi, en 1886. Il débute dans la chanson vers 1910, accompagné de sa troupe. Il enregistre deux disques à Tunis ainsi qu’une dizaine d’autres à Paris. Il réalisera des dizaines de représentations publiques, dont une à l’Olympia en 1937. Il meurt en 1945..
Timbre de Kamardine Krim de juin 2005

D04.Mohand_U_M'hand_kamardin_2005

D05..Mohamed_Ben_M_sayeb_kamardine_2005

 

 

 

 

A gauche, Si Mohand U M’hand (19 ème siècle). Né entre 1840 et 1845 à Icherouin, près de Larbaâ Nath Irathen (ex Fort national) et mort le 28 décembre 1905 à Ain El Hammam (ex Michelet). Grand marcheur, il est un poète errant distribuant sa poésie au grès des chemins parcourus, des villages et des villes. C’est surtout l’un des géants de la poésie kabyle résistante, refusant le joug colonial, mais qui dans l’impuissance, choisit l’errance, synonyme d’insoumission. Voir également la page du 11 novembre 2015 sur « Si Mohan U’Mand, poète kabyle ».
Timbre de Kamardine Krim de juin 2005. 

A droiteMohamed Ben M’sayeb (18 ème siècle). Poète citadin le plus célèbre du Maghreb occidental. Connu surtout pour ses poésies amoureuses, il a également laissé de très beaux chants religieux, dont le plus fameux « Medh el-rassoul » (hymne au prophète). Mort en 1768.
Timbre de juin 2005 de Kamardine Krim

 barre21

Page suivante : Algérie 10
personnalités célèbres

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Asileps |
JE SUIS QU' ACCESSOIRE |
Dangerporno |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ar'Color -Agence de co...
| Nonalareforme
| Democrature