07 décembre 2015 ~ 0 Commentaire

Peintres algériens 8 : Ranem Mohammed

 

Ranem Mohammed, miniaturiste et enlumineur

00.portrait

Mohamed Ranem est né en 1926 à Alger et mort en 2014. Il entre en 1939 à l’école de frais-Vallon qu’Omar Racim avait crée en 1931, pour dispenser les cours d’art musulman algérien, alors absents de l’école des beaux-arts officielle. Ranem y apprendra la miniature et l’enluminure, la ronde-bosse et le dessin élémentaire ainsi que la reliure et la céramique.
Dès 1942, il expose ses premières œuvres au salon des artistes algériens et orientalistes. Il est alors lauréat du prix de la ville d’Alger. Ranem organisera sa première exposition particulière à Alger, en 1943, avec son condisciple Ali Khodja. En 1944, il regroupe 12 jeunes peintres et miniaturistes algériens, afin de montrer 95 de leurs œuvres dans les locaux du « centre franco-musulman » dirigé par Tocqueville.
En septembre 1945, Ranem se rend à Paris, où il expose à la « foire de l’artisanat algérien« , des enluminures et des miniatures. Deux années plus tard, en 1947, il organise une exposition particulière à la maison de l’artisanat, rue d’Isly. L’historien George Marçais, lui préface son catalogue. Un an plus tard, en compagnie de son ami Ali-khodja Mohamed, Ranem organise une nouvelle exposition au cercle franco-musulman..
L’année suivante, Ranem est invité à exposer une nouvelle fois à la maison de l’artisanat. Au printemps, le trio Ranem, Ali-Khodja et Yellés participent au 47éme salon de société des artistes algériens et orientalistes.
En juin 1953, Ranem expose à Paris à la galerie de l’OFALAC (l’Office Algérien d’Action économique et touristique du Gouvernement général de l’Algérie), 28 avenue de l’Opéra ; Il organisera une seconde exposition en solo dans la cité parisienne en novembre 1955, avenue des Champs –Elysées, puis à la galerie Leleu l’année suivante, en compagnie des peintres Algériens Benaboura, Bouzid, Kader Ben Abdelkader et Hamimoumna. Ranem expose pour la troisième fois à la galerie de l’Ofalac en novembre 1959 ; la même année, il se présente au Grand prix artistique de l’Algérie avec trois œuvres, deux enluminures et une miniature. C’est en 1960, que Mohamed Ranem accède à un poste d’enseignement à l’école des beaux-arts, en remplacement de Omar Racim.

01.galère-devant-alger

Galère devant Alger

02.galères-algériennes

Galères algériennes

03.trois-bateaux-dans-un-port

Trois bateaux dans un port

04.roi-et-sa-cour-dans-son-palais

Le roi et sa cour, dans son palais

05.scène-de-galères-algériennes

Scène de galères algériennes

06.ceremonie_mariage

Cérémonie de mariage

07.page-de-coran-enluminée_sourate-al-balad

Page de Coran enluinnée
(sourate El Balad)

08.double-page-du-coran

Double page du Corane

 

Timbre de 1974

09.Millénaire_naissance_Al-Biruni

Millénaire de la Naissance d’El Biruni (973-1051), médecin, astronome et mathématicien de l’Asie   Centrale Turque. Abou Rayhan Mohamed Al Biruni, dont on fête le millénaire   dans plusieurs pays, est né d’une famille iranienne en 362 de l’hégire (973   de l’ère chrétienne), dans un des faubourgs (Beroum, d’où son surnom Al   Biruni) de Khawarizm. Al Biruni fut reçu à la cour du prince de Djourdjan où   il séjourna longtemps. Il séjourna pendant sept ans dans la cour du prince   Khwarimshah Abou Al Abbas Ma’moum. Au moment de la conquête du pays par le sultan   gaznarite, Al Biruni fut emmené à Gazna, en Afghanistan. Il fut retenu dans   la cour de Gazna comme astrologue. Le sultan, qui devint son protecteur, le   prit même comme son principal compagnon lors de ses expéditions aux Indes. Ce   fut à ce moment-là que commencèrent les pérégrinations d’Al Biruni, d’abord   dans les Indes et ensuite à trave rs plusieurs pays.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Asileps |
JE SUIS QU' ACCESSOIRE |
Dangerporno |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ar'Color -Agence de co...
| Nonalareforme
| Democrature