30 novembre 2015 ~ 0 Commentaire

Peintres algériens 7 : Mohamed Temman, part 1

 

1. Biographie et œuvre picturale

00.autoportrait

Autoportrait

Né le 23 février 1915 à la Casbah d’Alger, Mohamed Temmam est considéré comme l’un des artistes plasticiens les plus marquants d’Algérie ainsi qu’un des très rares à avoir maîtrisé autant les modes d’expression traditionnels, et notamment la miniature et l’enluminure, que la peinture de chevalet qu’il pratiquait en tant que portraitiste ou paysagiste. Il fut également un bon violoniste rattaché à l’école classique andalouse.
C’est surtout en qualité de miniaturiste et enlumineur qu’il établit sa notoriété. Dès l’âge de treize ans, alors qu’il poursuit sa scolarité, il entre à l’Ecole d’art de la rue des Consuls où il s’initie aux arts traditionnels (dits indigènes) et apprend la céramique auprès du maître Emile Soupireau. Il obtient en 1936 une bourse à I ‘Ecole Supérieure des Arts Décoratifs de Paris. Il passera dans cette ville et en Europe près de trente années, se frottant aux courants artistiques et fréquentant tous les milieux artistiques, plasticiens et musiciens surtout. On le retrouve ainsi à la Manufacture de Sèvres où il orne les pièces des services officiels. En 1937, profitant d’un passage à Alger, il organise sa première exposition.
Son long séjour parisien et sa fréquentation assidue des orchestres maghrébins où il joue parfois lui permettent de rencontrer sa compagne, la chanteuse Bahia Farah. La deuxième guerre mondiale éclate et il sera prisonnier de 1939 à 1943.
A sa libération, il se manifeste à travers de nombreuses expositions. En 1944, il participe à une exposition d’enlumineurs et miniaturistes algériens. En 1946, grâce à Mohamed Racim, il participe à des expositions en Scandinavie. En 1963, il rentre définitivement en Algérie où il devient Conservateur du Musée national des Antiquités à Alger, fonction qu’il assurera jusqu’à sa mort.
En 1964, il organise à la Salle Pierre Bordes (aujourd’hui lbn Khaldoun), la première exposition des arts musulmans. Membre fondateur de l’Union Nationale des Arts Plastiques, il se consacre un temps à l’enseignement à l’Ecole Nationale des Beaux-arts d’Alger. Après le décès de Bahia Farah en 1984, il opère une sorte de retrait. Il continue à produire miniatures, enluminures, calligraphies, toiles de peinture, maquettes de billets de banque, etc. Il finit par être emporté par la maladie et s’éteint le 15 juillet 1988 à Alger.
(Cette biographie est adaptée du site « Vitazmine DZ, Alger-personnages-Mohamed Temman : http://www.vitaminedz.com/biographie-de-mohamed-temmam/Articles_16181_198644_16_1.html).

01.epouse

Son épouse (Bahia farah),
décédée en 1984

02.homme-en-bleu

L’Homme en bleu, 1968.
Huile sur toile

 

03.nature_morte2

Nature morte

04.femme_au_chat

Femme au chat.

 

05.portrait_femme

Portrait de femme.

06.femme_sud

Femme du sud.

 

07.brodeur_couturier

Brodeur (ou couturier).

08.cafe-de-la-fontaine

Café de la fontaine.

 

09.Achhahada

11.cavalier

 

A gauche. Achhahada, attestation, témoignage qui consiste à   dire en toute connaissance de cause et non sous la contrainte : « Ach-hadou an la ilaha illa Allah wa  ach-hadou anna Mohamadane Rassouloullah « J’atteste qu’il n’y de Dieu   qu’Allah et que Mohamed est son Messager »
A droite
. Bismillahi. expression utilisée   notamment pour commencer les sourates du Coran,  résumant la formule « Bismi Allah ar-Rahman ar-Rahim »   (arabe : بسم الله الرحمن الرحيم
), « Au nom de   Dieu clément et miséricordieux ».

 

11.cavalier

Cavalier

12.calligraphie_maghrebine

Calligraphie   maghrébine.

 

13. divertissement

Scène de divertissement.
Miniature, encre, polychromie.

14.mariee

La mariée

 

15.aiguilleres_opposees

Aiguillères opposées

16.danse_orientale

Danse orientale.

 

17emir_abdk_napoleon3

19.ayat-el-koursi

 

A gauche. l‘émir Abdelkader   et Napoléon III. Le Prince-président rend   la liberté à Abd-el-Kader au château d’Amboise le 16 octobre 1852.
A   droite. verset du Trône (arabe : آية الكرسي, ʾāyatu-l-kursī),    255ème verset de la 2ème sourate (intitulée Al   Baqara ) du Coran. C’est l’un des versets les plus récités par les musulmans   vu sa fonction protectrice.

 

20.femme_au_livre

Femme au livre

21.pochette_disq

Pochette de disque

22.toilette_mariee

Toilette de la mariée

23.bouquet_fleurs

Bouquet de fleurs.

24.au_cafe

Au café

25.lecture

Lecture

26.sans_titre

A gauche, sans titre

           

 

27..borak2

28.borak

Bouraq   (Musée national des arts et traditions   populaires – MNATP. http://mnatp-algerie.org/). Le Bouraq, ou   Burak (en arabe, البراق, al-burāq), est, selon la tradition islamique, un   coursier fantastique venu du paradis, dont la fonction est d’être la monture   des prophètes. Selon l’histoire la plus connue, au VIIème siècle,   le Bouraq fut amené par l’archange Gabriel pour porter le prophète de   l’islam, Mahomet, de La Mecque à Jérusalem, puis de Jérusalem au ciel avant   de lui faire effectuer le voyage de retour au cours de l’épisode dit Isrâ et Mi‘rāj.

29.dey_alger

Dey   d’Alger, titre des chefs de   la régence Alger sous la domination de l’Empire ottoman, de 1671 à 1830. Le   pays était divisé en 4 parties : le « Dar es-Soltan », comprenant   Alger et ses environs,  gouverné par le   dey, puis trois beylicats, l’Ouest, le Titteri et l’Est, chacun dirigé par un   bey nommé par le dey.

 

Page suivante : part 2 : M Temmam et la philatélie algérienne.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Asileps |
JE SUIS QU' ACCESSOIRE |
Dangerporno |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ar'Color -Agence de co...
| Nonalareforme
| Democrature